Lorsque The Scotch Malt Whisky Society a vu le jour en 1983, elle s’est jouée des tendances au déclin de l’industrie et a refusé obstinément de se laisser décourager par les experts

Michael Jackson et son tube Thriller prennent MTV d’assaut. Flashdance et Le Retour du Jedi figurent parmi les plus grands films de l’année et le poulet à la Kiev était probablement au menu de vos diners sophistiqués. Les ordinateurs Macintosh n’existaient pas encore. Question football, Aberdeen battait le Real Madrid et remportait la Coupe des Coupes et Dundee United faisait son entrée dans la Scottish Premier Division.

Logo-Green-2

Michael Jackson et son tube Thriller prennent MTV d’assaut. Flashdance et Le Retour du Jedi figurent parmi les plus grands films de l’année et le poulet à la Kiev était probablement au menu de vos diners sophistiqués. Les ordinateurs Macintosh n’existaient pas encore. Question football, Aberdeen battait le Real Madrid et remportait la Coupe des Coupes et Dundee United faisait son entrée dans la Scottish Premier Division.

Mais sur cette morne toile de fond, un curieux groupe d’amateurs de whisky d’Édimbourg s’installe dans un ancien entrepôt de stockage de vin de Leith connu sous le nom de Vaults. Leur mission ? Remettre en question les préconçus de l’industrie en vendant du whisky single cask, brut de fut et sans filtration à froid. The Scotch Malt Whisky Society était née.

Les individus derrière le concept se décrivaient eux-mêmes comme des amateurs de whisky et avaient, qui plus est, peu de contacts au sein de l’industrie. Encore et encore, on leur rabâcha que leur organisation ne pouvait fonctionner, souvent par l’argumentaire que si cette démarche avait pu être mise en place, c’eut déjà été chose faite.

Une aubaine, pour nous qui nous sommes laissés séduire par les charmes du single-cask single malt que nos fondateurs aient effrontément ignoré les oiseaux de mauvais augure et tenu le cap coute que coute.

Les adhérents de la première heure ayant eu l’occasion de s’essayer au single cask s’unirent sur la qualité supérieure de ce breuvage, tout simplement meilleur que les single malts qu’ils avaient eu l’occasion de gouter auparavant, d’une part, mais aussi sur le fait que ces malts supplantaient également les blends et autres assemblages du point de vue gout. Philip ‘Pip’ Hills, fondateur de la Society, en écrira d’ailleurs davantage sur les raisons derrière le franc succès de cette organisation unique dans son livre intitulé Scots on Scotch.

« Premièrement, d’un fût à l’autre, il faut s’attendre à une grande variabilité tant gustative que qualitative, de par l’influence fondamentale du fût sur le whisky qui y murit. Lorsqu’ils embouteillent un malt, les distillateurs assemblent les contenus de bon nombre de fûts qui ne sont pas nécessairement de la plus haute qualité.

Deuxièmement, nous utilisions le whisky directement en sortie de fût, alors que la quasi-totalité des distillateurs qui mettent des single malts en bouteille procèdent à ce que l’on appelle chill-filtering, ou filtration à froid. Par ce processus, on refroidit le whisky intensément pour procéder à une filtration fine afin que celui-ci ne devienne plus trouble. Le résultat est, certes, un bon spiritueux, mais qui n’aura pas le caractère d’un whisky non filtré issu d’un seul fût. »

En novembre 1983, la SMWS offrit ses premières bouteilles à ses adhérents : les fûts 1.1 et 1.2 furent identifiés comme provenant de Glenfarclas, alors que pour les autres, un Speyside et un Islay, les distilleries demeurèrent anonymes. Le système de code de la society était né. Trente-cinq ans plus tard, la Society met en bouteille quelques 500 fûts par an et le numéro de distillerie le plus élevé est pour le moment s’élève à 135. Jamais nos adhérents n’ont eu autant de choix ou de variété dans les profils de saveur.

Alors que la Scotch Malt Whisky Society entame sa 35e année d’activité, nous célébrons les visionnaires inspirés qui ont identifié le potentiel du whisky sous sa forme la plus pure à une époque où personne d’autre ne s’en souciait et où l’industrie était au plus mal. Tout au long de l’année, nous rappellerons aux souvenirs de nos adhérents les différents moment charnière dans le développement de la Society, les acteurs qui ont joué un rôle dans son développement et sa croissance, et nous proposerons, bien entendu, des bouteilles spéciales 35e anniversaire tout au long de l’année.

Chacune de ces bouteilles a été sélectionnée pour mettre en lumière le type de fûts surprenants que l’on rencontre à la Society et qui inspirent aujourd’hui, encore autant que dans les années 1980 à Édimbourg, au partage avec d’autres passionnés de whisky.

Pour fêter votre participation à l’histoire de la Society, nous organiserons également des événements spéciaux et d’autres fêtes pour célébrer le 35e anniversaire de la Society et le rôle que chaque adhérent joue, incarnant le souffle de la Society qui donne vie à chacun de nos efforts.

Levons nos verres à un fantastique 35e anniversaire et à d’innombrables années à venir.