La Scotch Malt Whisky Society a joué un rôle clé non seulement dans le développement de l’appréciation des single casks, cask strength (à force de fût), mais également dans notre compréhension de ce que nous buvons. Pour nous la soif de connaissances s’est toujours au moins mesurée à l’aune de celle pour le whisky

Fouillez votre mémoire, si elle remonte jusque-là, pensez à 1983 et essayez de vous rappeler du monde du whisky à l’époque. Dans votre magasin ou votre bar local, quels whiskies auriez-vous trouvé ? Comment les auriez-vous bus ? Ces whiskies étaient-ils des Blends ou des Single Malts ? Était-il même concevable à l’époque de trouver un whisky cask strength tiré d’un seul fût ?
Pour notre 35e anniversaire, nous avons décidé de nous pencher sur les différences entre le monde du whisky de naguère et celui de 2018 pour mieux mettre en lumière le rôle que la Scotch Malt Whisky Society a joué dans son développement.

Dave Broom, auteur renommé du monde du whisky se rappelle des années qui ont vu naitre la Society, « le Single Malt dans les années 1980 était la province des intellectuels : artistes, poètes, médecins, avocats (et à Edimbourg, il y en avait une ribambelle) et des rêveurs éclairés ». Et d’ajouter « mais le bruit courait que dans les profondeurs de Leith (Leith ? Début des années 1980 ?), une cabale de vrais croyants, d’hérétiques et de passionnés se rassemblait pour conspirer. »

Cette secte de vrais croyants qui se rassemblait à Leith pour conspirer rassemblait les fondateurs de la Scotch Malt Whisky Society. Au-delà de la mise en bouteille du whisky, ces derniers se rendirent vite compte que partager la compréhension de ce que contenaient les fûts serait essentiel au développement de la connaissance et de l’engouement pour le whisky.

Le fondateur de la Society, Philip ‘Pip’ Hills, a fait part de l’état du monde du whisky avant et après la naissance de la Society dans son livre Scots on Scotch.

Selon celui-ci, « tous les écossais buvaient du whisky, ou étaient en tout cas sensés en boire. Le whisky consommé à l’époque était assemblé : du blend. Très peu se posaient la question de l’origine ou du contenu. Malgré la place prépondérante du whisky dans l’identité nationale écossaise, il était plus que courant que les Écossais ignorent tout du processus de fabrication de cette boisson et en sachent encore moins sur le processus d’élevage. »

Depuis 1983, La Society a mis la connaissance du whisky au centre de ce qu’elle offre à ses adhérents. Ceci inclue la publication d’informations détaillées sur l’âge, l’élevage et les caractéristiques de ses whiskies sur la bouteille ainsi que la création et diffusion de notes de dégustation et va même jusqu’à fournir une réflexion plus large sur comment humer et déguster le whisky plus efficacement ou sur quantités d’aspects du mode de production de ce roi des spiritueux.

« Pour certains d’entre nous », révèle Andrew Derbidge, le maitre de chais et manager NSW de la Scotch Malt Whisky Society Australie, « et selon votre expérience et la façon dont vous avez été amené à ce magnifique spiritueux, il est probable que la Society aura joué un rôle majeur dans votre voyage et probablement forgé une bonne partie de votre façon d’aborder le whisky aujourd’hui. »

La connaissance du whisky a toujours été au cœur de des préoccupations du magazine des adhérents de la Society : Unfiltered. Avant d’être relancé et de devenir un magazine de 36 pages en 2008, Unfiltered a d’abord été une lettre d’information, mais rassemble désormais les avis et voix d’experts de l’industrie et d’autres pointures qui nous illuminent de leurs connaissances tant sur la production que sur la magie du whisky.

Des variétés d’orge aux souches de levures, des temps de fermentation aux sources d’origine en passant par les différences de distillation, Unfiltered a plongé dans tous les détails de la création du whisky. Dans la première édition du nouveau magazine en Novembre 2008, Russell Anderson de Highland Park disait de l’élevage du whisky « nous n’avons pas toutes les réponses et ne les auront pas de mon vivant. Le whisky est une ‘science occulte’ prions pour qu’il le demeure encore longtemps ». ”

Certes, l’exploration de cette science occulte du whisky suit son cours apportant à la Society un mélange de découverte et de divertissement dans les pages d’Unfiltered. Si jamais pour autant vous craigniez qu’en faisant la lumière sur le whisky on en tue la romance, savourez le mot de la fin de James Brosnan, directeur de recherche au Scotch Whisky Research Institute.

« Pour moi, plus on en découvre sur le Scotch Whisky, plus le mystère devient fascinant. »

Trinquons à cette perle de sagesse.